Tunisie: Le club Africain adresse une Lettre ouverte au Premier ministre Hamadi Jebali

A la suite des événements survenus à Sousse lors du match opposant l’Étoile sportive du sahel et l’Espérance sportive de Tunis et qui a été émaillé par la violence, les autorités sportives ont décidé de faire jouer les matchs à huis-clos. Une décision jugée facile par le Club Africain (CA) dans sa lettre ouverte au premier ministre Mohamed, affirmant qu’il se sent lésé. Le CA a plaidé pour l’organisation d’une consultation nationale sur le sport afin de trouver les solutions idoines pour faire retrouver au sport tunisien son aura d’antan.

Voici une traduction de la lettre dans son intégralité:

Lettre ouverte au Premier ministre Hamadi Jebali

Salutations et respect

Monsieur le Premier ministre, en vertu de ses responsabilités nationales et de son attachement aux valeurs nationales communes qui nous rassemblent pour le bien de notre sport en tant que partie de l’intérêt public de notre pays bien-aimé la Tunisie, le comité directeur du Club Africain s’adresse à vous.

Nous partageons avec toute la famille sportive tunisienne et l’ensemble de ceux qui veillent sur intérêt de la Tunisie et de son sport le rejet et la condamnation du phénomène de la violence endémique dans nos stades, dont les événements récents dans la ville de Sousse en a incarné un des cycles répétés qui ne sera pas le premier ni le dernier dans notre pays ou ailleurs dans le monde.

A cet égard nous aspirons à ce que les efforts des autorités compétentes dans le traitement de ce phénomène ne soient pas superficiels de manière à choisir la solution la plus facile celle d’empêcher le public d’assister aux matchs et l’organisation rencontres dans les stades dépourvus de publics.

Le Club Africain outre, qu’il soit le club le plus affecté par ces décisions qui privent sa large base populaire d’assister aux matchs de son club, le comité du club organisme attire votre attention sur la question de la présence du public aux matchs dans les stades n’est pas un enjeu simple ou secondaire mais une représente une partie du défi d’un national en tant que teste notre succès tous de garantir à notre pays une image de stabilité nécessaire à l’intérieur et à l’étranger.

 Il  s’agit d’un enjeu politique national par excellence dans lequel nous rendons la confiance et l’espoir dans le rétablissement de la stabilité et de la reprise du rythme normal de la vie des Tunisiens dont la joie dans les stades et son ambiance festive représente une partie de leur vie.

 L’image de stades vides, retransmise sur les chaînes satellitaires nationales et étrangères fera que donner une image davantage négative de la réalité de notre pays et de notre incapacité à fournir la stabilité nécessaire stabilité servant de socle à toutes nos aspiration en terme de réalisations de développement attirant l’investissement et dynamisant l’économie et redonnant de l’espoir.

Nous comprenons la difficulté du paris mais en même temps nous aspirons à ce les solutions proposées soient loin de la crainte persistante d’affronter le problème de la violence directement et manière décisive en différant  les solutions et choisissant la décision plus facile qui est d’empêcher le public d’assister à des événements sportifs.

 Nous apprécions l’effort et la fatigue des institutions sécuritaires et sa grande responsabilité dans ce contexte mais nous voulons penser à d’autres solutions pratiques dans lesquelles nous assumons tous de notre responsabilité envers ce pari afin que l’institution sécuritaire ne soit pas seule responsable et à laquelle incombe cet effort et cette tâche. Nous au Club Africain, nous vous invitons à parrainer une consultation nationale urgente incluant tous les intervenants dans ce dossier afin de s’accorder et de s’engager à suivre un plan d’action clair et précis dans lequel chaque partie présente ses propositions en vue d’assurer le retour du sport avec le public et avec toutes les garanties de lutte contre la violence dans nos stades.

La solution la plus simple est l’interdiction, mais pour combien de temps???

Le plus difficile est de penser à trouver des solutions et de tenter l’expérience avec une audace confiante en  soi et ayant foi que la restauration de la stabilité du pays doit avoir au moins un début et que la Tunisie de récupérer sa santé pour que les stades soient la première étape de cette noble mission nationale.

                                     Vive la Tunisie

Vive le sport tunisien

Pour le comité directeur du Club Africain

Le Président, Slim Riahi

Cet article vous a été utile? Partagez le, il intéressera d’autres personnes. Merci!
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Commentaires

Haut